La situation dans la Conference Est

NBA - Publi√© le Mardi 16 février 2016
La situation dans la Conference Est

Nous approchons des deux tiers de la saison régulière en NBA, et je profite du All-Star Break pour dresser un état des lieux équipe par équipe.



1/ Cleveland Cavaliers (38-14)

Favoris à l’Est, ils sont là où on les attendait même si ça n’a pas été de tout repos avec notamment un changement d’entraineur (Tyrone Lue a remplacé David Blatt). Kyrie Irving qui a manqué les 26 premiers matches est bien revenu (19,0 points de moyenne en 30 minutes) et LeBron James s’occupe toujours de tout (25,0 points 7,1 rebonds 6,5 passes décisives). Des rumeurs de transfert autour de Kevin Love. La finale NBA leur semble promise mais ont-ils les moyens de décrocher le graal ?

 

2/ Toronto Raptors (35-17)

Avec un bon recrutement dont notamment DeMarre Carroll, on pouvait penser que les Raptors allaient franchir un petit palier. Ils font même mieux et cela malgré la blessure de leur nouvelle ailier (il a déjà manqué 29 matchs) et de Jonas Valanciunas en début de saison. Le duo d’arrière Kyle Lowry (21,0 points) / DeMarr DeRozan (23,4 points) est très performant tandis que les nouveaux Luis Scola (9,4 points 5,2 rebonds), Corey Joseph (8,8 points 3,1 passes décisives) et Bismack Biyombo (8,1 rebonds) ont un réel apport. Le plus dur reste à venir, confirmer en playoffs !

 

3/ Boston Celtics (32-23)

Sans véritable star, même si Isaiah Thomas réalise une très belle saison (21,5 points 6,6 passes décisives), les Celtics font un joli parcours grâce à un collectif bien en place (7 joueurs sont à 9,9 points de moyenne ou plus). L’objectif sera d’essayer de rester dans le Top 4 pour avoir l’avantage du terrain au premier tour des playoffs. Il leur manque un véritable pivot rebondeur (tentent d’échanger David Lee).

 

4/ Atlanta Hawks (31-24)

On attendait les « faucons » un peu plus haut mais c’est là que l’on voit toute l’importance de DeMarre Carroll la saison dernière. Paul Millsap (17,7 points 8,6 rebonds) et Al Hordord (15,3 points 6,9 rebonds) tiennent toujours la baraque, Kent Bazemore (12,4 points 5,0 rebonds) est en progrès, mais l’on pouvait espérer un peu plus de Jeff Teague (15,1 points 5,5 passes décisives 2,8 ballons perdus) et Dennis Schroder (10,7 points à 41%). Kyle Korver (9,3 points en 30 minutes) et Tiago Splitter (5,6 points 3,3 rebonds) sont décevants.

 

5/ Miami Heat (29-24)

Malgré une cascade de blessures (Chris Bosh est le seul à ne pas avoir manqué de matches), les Floridiens ne s’en sortent pas si mal grâce à une solide défense. Attention à cette équipe qui pourrait jouer les troubles fêtes en playoffs. Dwayne Wade retrouve une seconde jeunesse (18,7 points 4,7 passes décisives), Chris Bosh est solide (19,1 points 7,4 rebonds) et Hassan Whiteside confirme les espoirs placés en lui (12,2 points 11,0 rebonds 3,9 contres). Il faudra d’abord penser à sécuriser sa position dans le Top 8, mais la troisième place n’est pas si loin.

 

6/ Indiana Pacers (28-25)

Plutôt une belle surprise de les voir si haut, avec un Paul George qui a retrouvé l’intégralité de ses moyens (23,1 points 7,1 rebonds). Mais attention, l’équilibre reste fragile et une place en playoffs est encore loin d’être assurée. Indiana manque un peu de profondeur de banc et d’un joueur dominant dans la raquette même si Ian Mahinmi fait le boulot (8,4 points 7,0 rebonds) et Myles Turner surprend (9,9 points 5,0 rebonds). Monta Ellis est relativement décevant (13,9 points en 34 minutes).

 

7/ Chicago Bulls (27-25)

C’est l’une des grosses déceptions avec un bilan tout juste positif. Certes il y a eu quelques soucis de blessure mais avec le potentiel présent dans cette équipe on pouvait espérer beaucoup mieux. Seuls Jimmy Butler (22,4 points 5,2 rebonds), Pau Gasol (17,0 points 10,9 rebonds) et dans une moindre mesure Taj Gibson (8,0 points 7,2 rebonds) sont au niveau où on les attendait. Ce serait quand même surprenant de ne pas voir les Bulls en playoffs, mais la 9ème place se rapproche de plus en plus ! L’identité défensive a complètement disparu et à ce rythme il n’est pas certain que Fred Hoiberg finisse la saison.

 

8/ Charlotte Hornets (27-26)

À l’instar d’Indiana, la franchise de Caroline du Nord réalise un joli parcours même si Al Jefferson a manqué 34 matchs et Michael Kidd-Gilchrist n’en a disputé que 7. Kemba Walker est très bon (20,5 points) mais celui qui a fait franchir un cap à l’équipe, c’est Nicolas Batum, qui comme à son habitude noircit toutes les colonnes statistiques (14,9 points 6,5 rebonds 5,6 passes décisives). Les deux Jeremy « Lin » et « Lamb » apportent du scoring en sortie de banc (12,1 + 10,5) tandis que Marvin Williams est régulier (10,5 points 6,6 rebonds). Les Hornets devront lutter jusqu’au bout pour garder leur place en playoffs.

 

9/ Detroit Pistons (27-27)

La franchise du Michigan est en progrès à l’image d’Andre Drummond (17,0 points 14,9 rebonds) qui s’affirme comme le meilleur pivot à l’Est. Avec Reggie Jackson (19,1 points 6,2 passes décisives) il forme un axe 1-5 de très haut niveau. Les recrues Marcus Morris (13,8 points 5,1 rebonds) et Ersan Ilyasova (11,3 points 5,4 rebonds) font du bon boulot, et le rookie Stanley Johnson (9,1 points) est une belle surprise. Mais ça manque un peu de rotation et la blessure de Cantavious Caldwell-Pope risque d’être préjudiciable dans la course aux playoffs.

 

10/ Washington Wizards (23-28)

Après les Bulls, voici la seconde grande déception pour une équipe demi-finaliste de conférence la saison dernière. Pourtant les leaders répondent présent à l’image de John Wall (20,0 points 9,9 passes décisives) ou Marcin Gortat (13,5 points 9,9 rebonds), mais Bradley Beal a manqué 21 matchs et surtout la défense prend l’eau (26ème de la Ligue avec 105,4 points encaissés). Ce sera difficile de se qualifier pour les playoffs même pour des Wizards (« magiciens »).

 

11/ Orlando Magic (23-29)

Les Floridiens sont un peu à la peine en 2016, mais globalement leur saison est plutôt encourageante puisqu’ils ont déjà pratiquement atteint leur total de victoires (25) de l’exercice précédent. Le 5 majeur est bien équilibré, Evan Fournier s’affirme de plus en plus (14,0 points) en 6ème homme, mais Scott Skyles manque tout de même de solution sur le banc. Les playoffs semblent maintenant quasiment mission impossible, mais atteindre les 35 victoires pourrait être un objectif réaliste.

 

12/ New-York Knicks (23-32)

En progrès par rapport à la saison dernière (17-65), les Knicks sont pourtant en difficulté après avoir été proche des 50% de victoires à mi-saison. Derreck Fisher s’est fait licencier, Kurt Rambis va assurer l’intérim. Les recrues Arron Afflalo (14,2 points) et Robin Lopez (9,3 points 6,4 rebonds) apportent plutôt satisfaction, mais la source d’optimisme est le rookie letton Kristaps Porzingis qui a surpris tout le monde (13,9 points 7,7 rebonds 1,9 contres). La reconstruction est en marche ?

 

13/ Milwaukee Bucks (22-32)

La troisième déception à l’Est ! 6ème la saison dernière avec un bilan équilibré (41-41), les Bucks étaient attendus bien plus haut avec le recrutement de Greg Monroe et le retour de blessure de Jabari Parker. Finalement ils sont loin du compte, la faute à un poste de meneur défaillant, un banc plus que limité et une défense trop permissive (102,9 points encaissés). Milwaukee est tout de même assez solide à domicile (15-8) et a disputé déjà 31 matchs à l’extérieur (il leur reste 28 matchs à disputer dont 18 à la maison), malgré tout une qualification en playoffs semble utopique.

 

14/ Brooklyn Nets (14-40)

Saison à oublier pour les Nets où la seule satisfaction est leur duo d’intérieur Brook Lopez (20,2 points 8,2 rebonds) / Thaddeus Young (15,1 points 9,1 rebonds). Joe Johnson s’affirme de plus en plus comme l’un des plus grands « escrocs » de l’histoire de la NBA (il tourne à 11,5 points de moyenne et perçoit un salaire annuel de près de 25 millions de dollars soit plus du double de Stephen Curry !). Avec un peu de chance Brooklyn dépassera peut-être les 20 victoires.

 

15/ Philadelphie Sixers (8-45)

Ils sont là où on les attendait malheureusement. Pas grand-chose à dire sur cette franchise à la dérive. Certes il y a de la jeunesse mais le potentiel semble quand même limité. Il va falloir attirer un ou deux gros poissons pour reconstruire. Jahlil Okafor fait une saison prometteuse (17,1 points 7,4 rebonds) malgré des dérives extra-sportives. L’arrivée d’Ish Smith (15,3 points 7,9 passes décisives) en cour de saison a permis aux Sixers de gagner quelques matchs et ainsi d’éviter de battre le record du pire bilan de l’histoire (9-73).





SONDAGE

Comment avez-vous connu DD Pronostics?

Getting poll results. Please wait...